Retraite : les conditions pour toucher cette majoration de 5 % sur votre pension

  Certains retraités peuvent profiter d'une surcote de 5% sur leur retraite complémentaire

© ConsoVrac - Retraite : les conditions pour toucher cette majoration de 5 % sur votre pension

C’est une excellente nouvelle pour les retraités qui ont des enfants. En effet, une nouvelle surcote est désormais disponible au sein de l’Agirc-Arrco. Cette mesure récente offre la possibilité de bénéficier d’une pension de retraite plus importante.

Cependant, il est important de souligner que cette surcote n’est pas accessible à tout le monde. Il faut remplir certaines conditions pour en bénéficier. Explorons ensemble son fonctionnement et qui sont les Français éligibles à cette surcote.

Retraite : une surcote de 5% #

Pour profiter de cette nouvelle surcote de la retraite complémentaire, il est impératif d’avoir 63 ans ou plus. Cette condition a été instaurée en réponse au recul de l’âge légal de départ à la retraite. Les retraités parents peuvent profiter d’une surcote de 5% par enfant encore à charge. 

À lire Retraites : mauvaise nouvelle, certains pensions Agirc-Arrco vont baisser en mars

Par ailleurs, cette surcote concerne les retraités qui au moins un enfant à charge. Cette catégorie inclut les mineurs (moins de 18 ans), les étudiants entre 18 et 25 ans, ainsi que les enfants en situation d’invalidité avant l’âge de 21 ans. Cette majoration de 5% persiste tant que le retraité a au moins un enfant à charge. Mais dès que ce n’est plus le cas, il ne peut plus en profiter.

Chaque année, l’Agirc-Arrco envoie un document aux parents retraités pour vérifier si leur enfant est toujours à leur charge. En plus de compléter le justificatif, l’assuré doit fournir les pièces attestant que son enfant demeure sous sa responsabilité. La réponse à ce courrier, généralement envoyé en octobre, doit être fournie dans un délai d’un mois.

Les avantages de la surcote #

Les avantages de la surcote parentale s’étendent aux deux parents retraités. À l’origine, elle soutenait uniquement les mères. Mais, depuis le 1ᵉʳ janvier 2010, les pères en profitent également. Pourquoi ? Car les deux parents ont la possibilité de partager les trimestres cotisés pour l’éducation d’un enfant entre les deux parents.

Il convient de noter que cette répartition ne s’applique pas aux fonctionnaires, qui ne bénéficient pas de trimestres supplémentaires pour l’éducation d’un enfant.

À lire Agirc-Arrco : le nouveau coup de pouce pour préparer votre retraite en toute sérénité

Il est également important de souligner la cumulativité des surcotes de 5%. La majoration familiale est cumulative, multipliant ainsi son impact par le nombre d’enfants à charge.

Ainsi, avec deux enfants à charge, la majoration atteint 10%, et elle s’élève à 15% avec trois enfants, les majorations étant proportionnelles au nombre d’enfants sous la responsabilité du retraité.

Retraite : le passage à témoin entre deux surcotes #

Enfin, terminons en mentionnant le concept de passage de témoin entre la surcote de 5% et celle de 10%. La surcote familiale de 5% est temporaire, s’appliquant uniquement tant que le retraité a un enfant à charge. Il est donc essentiel de fournir les documents chaque année pour prouver la situation familiale.

Dès que l’enfant acquiert son indépendance, la surcote de 5% prend fin. Cependant, si le retraité est éligible à la surcote familiale de 10%, celle-ci prend le relais une fois que la surcote de 5% n’est plus en vigueur.

À lire Ces documents essentiels à renvoyer pour bénéficier d’une hausse de 10% de votre pension de retraite

Bien que ces deux surcotes ne puissent être cumulées, elles peuvent se succéder. Rassurez-vous, si vous avez encore un enfant à charge, mais que vous avez eu trois enfants, vous bénéficiez directement de la surcote la plus avantageuse.

ConsoVrac est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis

Vous êtes ici : Retraite : les conditions pour toucher cette majoration de 5 % sur votre pension